Motion de l’IETT relative au projet de loi LPPR

Nous, membres du laboratoire IETT (EA 4186), affirmons notre opposition aux propositions évoquées dans les rapports préalables au futur projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). La précarité structurelle et la dégradation des conditions de travail affectent d’ores et déjà l’ensemble du monde universitaire. Titulaires en surcharge de travail permanente, précaires assurant une part croissante de l’enseignement et du travail administratif, jeunes chercheur.se.s alternant entre contrats ponctuels et périodes de chômage pour produire des recherches, étudiant.e.s en voie de paupérisation. Les éléments de démocratie universitaire comme le Conseil National des Universités et le Comité national du CNRS sont progressivement dépouillés de leurs prérogatives. Les rapports préparatoires à la LPPR prévoient ainsi pour les enseignant.e.s et chercheu.r.se.s :

  • la modulation de service obligatoire en fonction des besoins de chaque UFR,
  • le non-paiement des heures complémentaires,
  • l’évaluation des services d’enseignement en crédits ECTS (European Credits Transfer System) et non plus en volume horaire (fin des 192h de service),
  • l’introduction de la possibilité de recruter sans la qualification par le CNU,
  • l’instauration d’un système de régulation collectif des charges d’enseignement au niveau de la composante (UFR, faculté, département) en y intégrant les laboratoires (les « excellents » en recherche ayant moins de charges d’enseignement au détriment des « moins excellents »),
  • la précarisation accrue des acteurs de la recherche, en particulier des jeunes chercheu.r.se.s avec le recrutement de personnels via des CDI-chantier (un CDI prenant fin avec le financement du projet de recherche) et des titularisations encore plus rares et tardives (« tenure track »),
  • le renforcement de la logique managériale dans l’ESR : multiplication des primes variables,
  • primat de la logique d’appels à projets comme mode de financement de la recherche,
  • augmentation de la concurrence entre unités de recherche avec des dotations aux laboratoires en fonction de l’évaluation HCERES.

  Face à cette situation, nous déclarons que les besoins actuels prioritaires des enseignants-chercheurs et de l’université française en général, sont les suivants : – augmentation du budget des unités de recherche afin de permettre à tous les EC d’avoir des financements pour mener à bien leurs missions de recherche publique, sans avoir nécessairement recours à des appels à projets fléchés ; – augmentation du nombre de contrats doctoraux, qui permettent aux doctorant.e.s d’effectuer leur thèse dans de bonnes conditions ; – augmentation du nombre de CRCT, corrélée à une augmentation du nombre de recrutements qui permettront d’absorber les besoins toujours croissants en enseignement ; –  maintien du CNU, qui permet des conditions de qualification et de recrutement équitables ; –  juste rémunération des EC par une véritable revalorisation des salaires.    -FIN-

La Direction de l’IETT

Gregory Lee

Florence Labaune-Demeule

Sophie Coavoux


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search